Jussie : Comment lutter contre cette plante invasive ?

Originaire d'Amérique du Sud, la jussie est une aquatique qui a trouvé sa place dans les eaux françaises. Reconnaissable à ses jaunes, elle peut atteindre une hauteur impressionnante d'un mètre. Importée initialement à Montpellier pour ses qualités décoratives, elle s'est rapidement propagée, devenant une menace pour les écosystèmes locaux.

Propagation rapide et conséquences

La capacité de la jussie à se propager est remarquable. En l'espace de deux semaines seulement, elle peut doubler de taille. Cette croissance rapide lui permet de recouvrir entièrement des zones d' stagnante, modifiant ainsi les écosystèmes aquatiques. La jussie forme un tapis végétal dense qui empêche l'oxygène et la lumière de pénétrer dans l'eau, nuisant ainsi à la faune, notamment les poissons. La qualité de l'eau se dégrade, les écoulements sont modifiés et la faune et la flore subissent les conséquences de cette invasion.

La jussie n'a pas de prédateurs naturels en , ce qui a favorisé sa prolifération. Jusqu'en 2007, elle était même commercialisée, avant que sa vente ne soit interdite face à la prise de conscience de son impact négatif sur l'environnement.

Des mesures pour contrer l’envahisseur

Face à cette menace, la biodiversité locale semble impuissante. Les animaux herbivores, tels que les canards ou les vaches, ignorent cette plante aquatique. Ainsi, l'intervention humaine s'impose comme la seule solution viable pour limiter sa propagation.

Les opérations d'arrachage sont menées dès que la jussie pointe le bout de ses feuilles hors de l'eau, généralement entre mai et octobre. L'IIBSN, en charge des réseaux principaux du Marais Poitevin, a mis en place des moyens mécaniques et humains pour lutter contre cette plante.

À lire aussi :  Le vin au jardin : Une nouvelle façon de prendre soin de vos plantes en hiver

L’entreprise Sabatier à la rescousse

L'entreprise Sabatier, reconnue pour son expertise, a été sollicitée pour participer à l'arrachage de la jussie, notamment à Voiron, en Isère, un département fortement touché par cette plante invasive. Le processus d'élimination est complexe et se déroule en trois étapes majeures :

  • Arrachage : La première phase consiste à arracher la plante, en mettant l'accent sur les racines, à l'aide d'une pelle flottante. Cette machine offre un accès facilité aux zones aquatiques.
  • Évacuation : Une fois arrachée, la jussie est évacuée hors de l'eau à l'aide d'un barge. Il est primordial de ne laisser aucun fragment de la plante, car ils peuvent donner naissance à de nouveaux individus.
  • Encapsulage : La dernière étape vise à confiner les déchets végétaux dans une alvéole avant de les enfouir sous terre, évitant ainsi toute repousse potentielle.

Grâce à ces efforts conjugués, une surface de près de 3 hectares a été débarrassée de la jussie à Voiron, offrant un nouvel espoir pour la préservation des écosystèmes locaux.

La lutte contre la jussie est un enjeu majeur pour la préservation de la biodiversité. Si des efforts significatifs ont été réalisés, la vigilance reste de mise pour garantir un équilibre durable de nos écosystèmes aquatiques.

4.8/5 - (15 votes)

Laisser un commentaire

Partages