Une première mondiale : La France interdit les vols courts pour un avenir durable

Une nouvelle réglementation pour un avenir durable

La a pris une mesure audacieuse dans la lutte contre le changement climatique en interdisant les vols courts dans le pays. La nouvelle réglementation, qui est entrée en vigueur le 23 mai, concerne spécifiquement les vols intérieurs où il existe une alternative ferroviaire de moins de 2 heures et 30 minutes. Les liaisons concernées sont celles entre Paris-Orly et Nantes, Lyon et Bordeaux.

Cette loi, qui fait partie de la loi Climat et Résilience du 22 août 2021, était en attente d'une enquête approfondie de la Commission européenne à la suite d'une plainte d'une partie du secteur aérien qui la jugeait contraire au principe de libre-prestation et inadaptée à la lutte contre le changement climatique. L'interdiction ne concerne pas les vols en correspondance.

Des vols courts à l’impact climatique lourd

Les vols courts sont particulièrement préjudiciables à l'environnement, une réalité souvent minimisée par l'industrie aéronautique. Le secteur aérien en France a émis 23,4 millions de tonnes de CO2 en 2019. Pour avoir une idée du poids total du transport aérien dans le réchauffement climatique, il faudrait probablement multiplier par trois l'impact des seules émissions de CO2. L'aviation a également des impacts “hors CO2” sur le climat, liés notamment à l'émission à haute altitude d'oxydes d'azote, de vapeur d' et de particules fines.

Il est important de souligner que les perspectives de croissance du trafic aérien rendent inatteignables les objectifs de réduction des émissions de gaz à effet de serre de l'accord de Paris. Le trafic aérien en France a presque doublé au cours des 20 dernières années, passant de 87 millions de passagers transportés en 1998 à 172 millions en 2018.

À lire aussi :  Qu'est-ce que le HHC, cette substance qui vient d'être classée comme stupéfiant en France ?

Les répercussions de l’interdiction des vols courts

L'interdiction des vols courts pourrait être un tournant décisif dans la réorientation de l'industrie aérienne vers un modèle plus durable. En dépit des critiques de l'industrie aérienne qui qualifie ces interdictions de “symboliques”, le gouvernement français a fait un pas important pour mettre fin aux aberrations climatiques du transport aérien.

Toutefois, il est crucial d'accompagner les travailleurs du secteur dans cette transition. La responsabilité de l'État et des responsables de l'industrie aéronautique est engagée à cet égard. Au lieu de tenter de renouer à tout prix avec la croissance d'avant-crise en ignorant l'enjeu de réduction du trafic aérien, il est indispensable d'anticiper, d'organiser et de financer la nécessaire transition.

Il reste à voir comment cette interdiction des vols courts en France influencera les politiques environnementales dans d'autres pays et dans l'industrie aérienne dans son ensemble. Il est clair que des mesures drastiques sont nécessaires pour combattre le changement climatique, et la France a pris une mesure significative en ce sens

5/5 - (1 vote)

Laisser un commentaire

Partages